Citation du jour :
Qui donc que tu sois, qui te hâtes vers la patrie céleste, accomplis avec l’aide du... [+]
(Règle de Saint Benoît 73,8)

Historique

 

 
Le fief d'Ermeton qui faisait partie du Comté de Namur, relevait au 16iéme siècle, du baillage de Montaigle. Au début du 14ième siècle, il fut concédé par le Comte Jean de Namur à Jacquemin de Bossoit, premier des seigneurs d'Ermeton. Le Château et ses Terres ont connu bon nombre de propriétaires différents à l'issue de 5 ventes successives, la 6ième déterminant l'affectation actuelle à la vie bénédictine.
En 1612, Richard Godart, maître de forges, achète la seigneurie qui, depuis Jacquemin de Bossoit, s'est transmise uniquement par successions et alliances.
En 1856, la Comtesse Antoinette de Mérode, propriétaire, devenue par son mariage Duchesse de Valentinois puis Princesse de Monaco, vend le château à Monsieur Henri de Moreau dont la fille unique, Marie, épouse le Comte Henry de Villermont.
La propriété passe à la famille de Villermont en 1870.
Le Comte Henry de Villermont est tué au combat de Zamel le 5 septembre 1914, sans laisser de descendance. (Le monument actuel situé sur le côté droit du grand porche d’entrée rappelle son souvenir ainsi que celui d’autres habitants de la commune morts au champ d’honneur.)
De 1927 à 1935, le domaine est occupé par le Comte et la Comtesse Hadelin d’Oultremont, née princesse de Ligne. (Ce châtelain étant grand maître de la Maison des Ducs de Brabant, le Prince Léopold et la Princesse Astrid firent de fréquentes visites à Ermeton pour s’y détendre et y pêcher la truite; la Princesse Ingrid de Suède, future reine de Danemark, se promena dans le parc à plusieurs reprises; les Princes de Suède, père et mère de la Princesse Astrid, assistaient aux battues tous les ans).
En 1935, château et propriété sont vendus à Monsieur Charles Libbrecht, géomètre, de Brugge : en tout 238 ha, dont une magnifique drève située face au grand porche d’entrée, à l'emplacement de l'actuel terrain de sports. Le propriétaire revend bientôt le tout partagé en six lots.
Dès 1936, le château et 17 ha de prairies et bois sont loués, avec promesse de vente, à la Communauté des Bénédictines en provenance de Marlagne-Wépion, qui en fait l'acquisition définitive le 18 avril 1942.